La honte ne tue pas ...

... quoique ^^

« J’ai honte » … Ah, combien de fois ais-je dit et répété cette phrase au cours de ma vie ? A chaque fois que je dis une connerie en gros, ce qui fait … Oulà !!! Je ne compte même plus ^^ La vie est tellement triste, il faut bien s’amuser de temps à autre ! Et l’amuseur doit être le honteux ! Mais … Le truc, c’est que … Je n’ai plus honte …

Je ne sais pas exactement comment je suis passé de ce statut d’introverti majeur, c’est-à-dire celui qui reste dans son coin, qui suit juste le reste du groupe en parlant 2-3 minutes par-ci par-là, à mon statut d’aujourd’hui, quasi-amuseur public, assez extraverti pour ne plus rien prendre au sérieux. J’ai fait des choses cette année que je n’aurai jamais osé faire auparavant. Me faire passer pour un homo avec un copain par exemple, où l’on est allé à Carrefour en agissant comme un couple gay (on a exagéré la chose d’ailleurs ^^), juste pour voir la réaction des gens. Ou encore – et c’est même pire, car c’est devant des gens que je connais – la course du relais de condé, que j’ai couru en jupe longue et bustier de cuir … Alors la honte, finalement … Je ne la ressent plus vraiment en fait ? Peut-être, ou peut-être qu’elle a changé de forme, forme que je découvrirai la prochaine fois que je serai dans une situation embarrassante. Je n’en sais fichtre rien mais, tout ce que je sais, c’est qu’éprouver cette honte, à plusieurs reprise, m’a permis d’être plus extraverti et, globalement, m’a fait plus de bien que de mal finalement. Prenons un raisonnement logique …

J’éprouve de la honte quand je me sens ridicule.

On dit que le ridicule ne tue pas.

On dit aussi que ce qui ne me tue pas me rend plus fort.

J’en déduis logiquement que le ridicule me rend plus fort.

Ma conclusion est donc que la honte me rend plus fort !

Logique, non ? Alors finalement, je me dis … Peut-être n’est-ce pas plus mal ? D’agir de manière à être honteux. Il faut le faire consciemment, bien sûr, se préparer à éprouver de la honte, mais surtout en éprouver, et réussir à passer outre. Ca ne paraît pas être grand-chose comme ça, puisque ce ne sont finalement que des mots, mais la réalité est autrement plus dur. C’est quelque chose de se déguiser en femme, mais c’en fût une autre de trouver le courage pour monter jusqu’au départ de la course, puis – après la course – pour rester ainsi accoutré en attendant que la fête s’achève. Et finalement ? Finalement c’est un bon souvenir. Car avant tout, la honte, dès lors qu’elle a été surmontée, devient éphémère dans les souvenirs, et il ne reste plus que le bonheur éprouvé, l’amusement et la dérision de soi-même et de ceux qui faisaient la même chose … Bref, le dicton est vrai même pour les souvenirs : qui ne risque rien n’a rien. Et plus on mise pour s’amuser, plus les souvenirs qu’on en retire on un goût particulier. Ainsi va la vie … Quoi ? Vous trouvez que cet article est ridicule ? Eh bien je n’ai qu’une chose à vous dire : TANT MIEUX POUR MOI ^^
Mots-clés : Technorati, Technorati