Je suis ... Je suis ... Qui suis-je en fait ?

N'est-on que ce que l'on pense de nous ?

Je n’apprendrai rien à personne, je pense, en disant que j’aime la philosophie et les longues phrases que l’on peine à comprendre dans leur intégralité. Certes, je suis comme ça … Enfin, c’est comme ça que je me vois. Et de l’extérieur ? Comment me voient les autres ? Peut-être uniquement comme un baratineur qui fait des phrases destinées à embrouiller, et qui ne sait pas ce qui dit. Enorme différence de perception …

J’ai toujours aimé voir comme il était facile de créer une image de soi-même opposée à celle que l’on renvoit aux personnes que l’on côtoie. Pour ma part, j’ai eu la chance de prendre très vite conscience de ce fait, ce qui m’a permis d’en jouer, mais beaucoup imaginent tout simplement que ce qu’ils pensent d’eux est fatalement ce qui ressort de leur personne. Ainsi, malentendus et prises de tête sont au rendez-vous des incompréhensions assez souvent, et fini régulièrement par « il ne comprend rien » ou « tsss, que intellect limité », bref rien de réjouissant.

Pour ma part, je suis quelqu’un qui est à l’intérieur à des lieues de ce que les gens pensent en me regardant évoluer dans la société. Ainsi, il m’est apparu dès mon entrée au Lycée que l’image de gamin facétieux et parfois un peu « limité », sans cervelle, et peu travailleur était celle qui me convenait le mieux. J’ai donc joué de cela pour forger ce que les gens pensent pour la plupart de moi, et ça a formidablement bien fonctionné apparemment. Qui peu honnêtement penser que je suis quelqu’un de romantique et tourmenté, amoureux des fleurs et horriblement timide, et ce rien qu’en me voyant ? Peu de gens, très peu de gens, uniquement ceux qui lisent ce que j’écris finalement, ou qui me parlent en passant outre l’image qu’ils ont de moi.

Au jour d’aujourd’hui, force est de constater que tout le monde, que ce soit les voisins, les amis, les patrons ou les collègue, tous s’intéressent plus à vous lorsque vous renvoyez une image qui est conforme à celle qu’ils recherchent. Peu à peu, on perd cette habitus social qu’était la recherche des mystères de l’âme, cette recherche que nombre de romantiques de la belle époque ont eut à effectuer notamment pour charmer leur belle, et qui maintenant n’intéresse plus. Avoir tout, tout de suite est sur un plateau, et tant pis pour les rebus ! Quelle magnifique évolution qu’est celle des mœurs sociales ! Ainsi, les gens dotés d’une profondeur d’esprit ont maintenant intérêt à la montrer s’ils veulent se socialiser, sous peine de se retrouver mis à l’écart …

Pour ma part, je ne changerai pas ce que je suis, et laisserai mon image évoluer comme elle le souhaite. Je suis ce que je suis, dedans comme dehors, fier de tout ce qui fait que je suis moi, le bon comme le mauvais, mes passions cachées comme l’image que je renvoie. J’aime à croire qu’un patron aura la présence d’esprit de passer outre l’image pour s’intéresser aux capacités mais, comme je l’ai dit, l’emballage compte parfois plus que le cadeau qu’il contient : mauvaise image, c’est mauvais cadeau, et direction la sortie !

Bref, après ce petit réquisitoire, je veux juste conclure en vous amenant à repenser à tout ce que vous considérez comme acquis sur les images que vous avez de ceux qui vous entourent. Le plus discret d’un groupe peut parfois en être le plus intéressant que celui qui s’exprime le plus. Aller au fond des choses, c’est aussi aller au delà de l’image qu’on a des autres pour les connaître, une valeur qui se perd de plus en plus …


Mots-clés : Technorati, Technorati